In Loud We Trust

(broken) english version here.

 

Ce mois de novembre 2013, EL ROYCE était en studio pour l’enregistrement d’un nouvel album. Avec Richard (chant, guitare) voici tout ce que vous avez toujours voulu savoir, sans jamais oser le demander !

 

Comment s’est déroulé l’enregistrement ? Ça s’est fait où ? Et avec qui ?
Comme nous avions vraiment apprécié le travail effectué sur l’EP « Deaf For Life » (sorti en 2012) nous avons décidé de faire à nouveau appel à Yoann Aubé au Black Desert Studio. On a été impressionnés aussi par ce qu’il a réalisé avec son groupe Enlightened sur leur dernier album (Discover The Path). Ça nous a conforté dans notre choix. C’est quelqu’un de très talentueux, avec qui il est facile et agréable de travailler. Il a tout de suite compris là où on voulait en venir. Il a su nous pousser pour donner le meilleur. Les sessions se sont déroulées du début à presque fin novembre. Nous avons enregistré dix titres, pour environ 45 minutes de musique.

L’album précédent « What You See Is What You Get » est sorti en 2008. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour enregistrer à nouveau un long format ?
Ce sont les aléas de la vie… Certains événements ont pu nous faire dévier du plan initial. Un peu moins d’an an après la sortie de « WYSIWYG » nous avons souhaité intégrer une seconde guitare pour épaissir notre son. Quand Lolo (Vernier, guitare) est arrivé en septembre 2009, nous nous sommes essentiellement attachés à défendre le répertoire existant. Nous commencions tout juste à envisager la suite, quand à l’été 2010, notre premier batteur nous a annoncé qu’il devait stopper ses activités musicales. Après huit années passées ensemble, ce fut un sacré coup de massue ! Très franchement, nous avons eu beaucoup de mal à remonter en selle. On a continué à faire quelques concerts acoustiques pour garder le contact, mais honnêtement, ce n’était pas la période la plus enthousiasmante du groupe… Un peu avant l’été 2011, Laurent Charliot qui co-organise ici « Les Rockeurs Ont du Coeur » a souhaité que EL ROYCE participe à l’édition de cette année-là. Ce n’était pas une invitation que nous pouvions refuser. D’abord, parce qu’on a toujours soutenu cette initiative depuis le début. En plus, Laurent Charliot avec son livre « La Fabuleuse Histoire du Rock Nantais » est à l’origine du nom du groupe, à l’insu de son plein gré. Et enfin, le concert à eu lieu à Stereolux, une toute nouvelle grosse salle Nantaise. Comme Steff (Desideri, basse) avait démarré un autre projet musical, nous avons sollicité leur batteur pour nous filer un coup de main. Les choses se déroulaient plutôt bien. On a commencé à intégrer des nouveaux titres. On a même planifié l’enregistrement d’un nouveau disque. Comme on manquait un peu de temps, on avait prévu initialement de faire deux sessions, l’une au printemps, l’autre à l’automne, puis de rassembler le tout sur un album. Mais Yoann notre réalisateur, nous a déconseillé ce procédé, craignant un manque d’unité sur le résultat final. Nous nous sommes rangés à ces toujours précieux conseils et au final on a enregistré l’EP « Deaf For Life ». L’idée étant dans un premier temps de se rappeler au bon souvenir du public… On commençaient à planifier la sortie de l’EP quand à la fin de l’été 2012, notre batteur de l’époque nous a signifié que sa collaboration avec le groupe s’arrêtait là. Heureusement, ce coup-ci on a pu rebondir rapidement et Tof (Rossini, batterie) nous a rejoint dès septembre. On a sorti l’EP à l’automne et depuis lors, on s’est mis au travail. Les différentes contraintes de plannings ne nous ont pas permis d’enregistrer avant ce mois de novembre. L’important reste que le résultat soit là. Parfois les choses ne se passent pas comme prévues, mais on a su rester droit dans nos bottes. Notre détermination reste intacte. Aujourd’hui, EL ROYCE a gagné en maturité et en qualité.

Dix titres, n’est-ce pas un peu court pour un album ?
Aujourd’hui, la tendance générale est au zapping. Faire un disque de 14 ou 16 titres est un non-sens. A moins bien sûr de jouer du Grind… Si on regarde bien, tous les grands disques de l’Histoire du Rock ne dépassaient rarement 10 ou 11 titres. Ils ont été pensés pour le vinyle et généralement conçus pour tenir sur une face de cassette C90. On a grandi avec ça. C’est peut-être notre côté Old School… Nous avons sélectionné les dix titres les plus forts et les plus cohérents parmi une vingtaine de démos réalisées entre 2010 et 2012. Et puis, si on prend en compte les quatre titres de l’EP « Deaf For Life » qui faisaient partie d’un même ensemble, on ne peut pas dire que nous soyons avares.

N’est-il pas frustrant de devoir attendre trois, voire quatre ans, pour voir enfin sortir sur disque un titre composé bien des années plus tôt ?
Ça fait partie du jeu. Sur le dernier Van Halen, il y a des morceaux issus de leurs premières démos enregistrées en 1977. Donc, ça nous laisse de la marge… Honnêtement, je pense que c’est plutôt une bonne chose. Ça permet aux titres de se bonifier avec le temps. Chacun ajoute des arrangements au fur et à mesure, qui permettent d’arriver à un meilleur résultat. A une exception près, tous les titres ont été joués avant en live. On a donc pu tout de suite se rendre compte de la réaction du public. Le travail en studio a également été important. Yoann nous a fait plusieurs suggestions qui apportent une vraie plus-value aux morceaux.

S’agit-il d’un album concept ? Y a-t-il un fil conducteur ? A quoi faut-il s’attendre musicalement ?
Je ne crois pas qu’on puisse parler d’un album concept au sens strict. C’est plutôt une collection. Tous les textes tournent autour des grandes figures du cinéma de genre, séries B ou Z. C’est une sorte de bestiaire, où l’on retrouve des créatures de la nuit, des freaks, des chasseurs de vampires, des zombies, des fantômes, des loups-garous… et même un scénario d’Armageddon. Ce sont des thématiques qu’on avait commencé a développer avec le dernier EP. Je ne suis pas un spécialiste, mais j’adore lire les teasers au dos des boîtiers DVD, ils sont parfois meilleurs que les films qu’ils renferment. Musicalement, on poursuit dans la lignée de « Deaf For Life ». Peut-être que cette fois-ci, on a poussé le bouchon un peu plus loin. Et peut-être même que certains seront surpris… EL ROYCE est fondamentalement un groupe de Hard Rock avec un son Heavy, qui puise ses influences dans le Classic Rock, le Metal, le Punk et aussi la Power-Pop. C’est notre touche, on peut pas s’empêcher de glisser des gros refrains ici ou là… On a essayé de faire un album varié et cohérent. On reste attaché à l’approche des années 90, qui proposait des albums avec du relief et des mélanges intéressants. Aujourd’hui, beaucoup trop d’albums sont monolithiques. On a l’impression d’entendre le même titre du début à la fin. Certains y trouve peut-être leur compte. Moi, je trouve ça juste chiant. On peut comprendre que les gens préfèrent se faire des compilations en piochant un single ou deux sur iTunes, plutôt que d’acheter l’album complet.

Question brûlante : la sortie est prévue pour quand ?
Sans trop se mouiller, on va dire 2014… A ce stade (décembre 2013) le disque est toujours en cours de mixage . On est pas encore totalement fixés sur le track listing, ni sur le titre de l’album. Il est donc trop tôt pour en parler. Notre ressenti sur ce disque est que le groupe a franchi une nouvelle étape, qualitativement. On pourrait en effet sortir rapidement le disque sur notre propre label Novatrax. Mais il serait dommage que l’album ne bénéficie que d’une sortie assez confidentielle, alors que nous pensons qu’il a toutes les qualités pour avoir une exposition plus large. Notre souhait est donc de pouvoir travailler cette fois-ci en licence avec un label. Mais ces choses-là peuvent mettre du temps à se mettre en place… Une chose est sûre, il sortira en 2014 !

 

Titres (par ordre alphabétique) : Another Day | Circus | Dead In The Morning | Grave Digger | Kings With No Crown | Little Secret | Of Men And Wolves | Rise Again | The End Of The World (Enjoy The Party) | Z Town

EL ROYCE : Steff Desideri (Bass, Backing Vocals), Tof Rossini (Drums), Richard Royce (Vocals, Guitar), Lolo Vernier (Lead Guitar)

Recording rig: Pearl Drums Reference Pure series and Free Floating Snare Drum, Sabian Cymbals AAX, HH, LEGACY, HHX series , Vic Firth AS5A Sticks, Evans G2 Coated, EQ2, Puresound series Drum Head, ESP LTD Phoenix Bass, HiWatt Custom 100 Vintage Head, Marshall VBA400, Gibson 90’s LP Studio Guitars, Marshall JCM800 2210 Head, Marshall JVM205 Head, Hughes & Kettner Tubeman.

 

© EL ROYCE (Dec 2013)